Comment la 5G va poser problème avec la technologie de l’aviation créée en 1920.

Il y a de fortes chances que les signaux de la 5G gênent les radioaltimètres des avions longtemps utilisés par les pilotes.

Les compagnies aériennes ont averti cette semaine que les interférences potentielles de la technologie 5G pourraient provoquer le dysfonctionnement d'un appareil dans les avions.
By Stephen Gandel
Jan. 19, 2022

Une innovation technologique qui a aidé les pilotes à faire voler des avions de chasse pendant la Seconde Guerre mondiale est désormais au cœur du conflit qui oppose les compagnies aériennes à AT&T et Verizon au sujet de la 5G, un service censé permettre améliorer la connexion des appareils sans fils.

Depuis des années, la confrontation entre l’aviation et les services mobiles a atteint son paroxysme au cours de ses dernières semaines. AT&T et Verizon ont accepté de restreindre la 5G à proximité des aéroports après que les compagnies aériennes ait alertés que des interférences pourraient provoquer un dysfonctionnement des radioaltimètres.

Un radioaltimètre de mesurer la hauteur entre l’avion et le sol ce qui lui permet entre autre de naviguer à l’aveugle en cas de nuages ou intempéries.

Le réel problème est que les radioaltimètres utilisent la même fréquence que la 5G et qu’elles peuvent compromettre des décollages ou des atterissages.

« Vous ne voulez pas être dans des avions qui atterrissent sans que l’altimètre fonctionne« , a déclaré Diana Furchtgott-Roth, ancienne secrétaire adjointe au ministère des Transports chargée de la recherche sur les nouvelles technologies.

Mais les experts en télécommunications affirment que la 5G ne présente que peu ou pas de risque pour les radioaltimètres et que le secteur de l’aviation a eu des années pour se préparer au peu de risque qu’il y a. « La science est assez claire – il est difficile d’abroger les lois de la physique« , a écrit Tom Wheeler, un ancien président de la Commission fédérale des communications, dans un article pour la Brookings Institution en novembre, dans lequel il a noté que les ingénieurs de la F.C.C. n’avaient trouvé aucun réel motif d’inquiétude.

De quoi l’aviation a-t-elle réellement peur ?

L’altimètre a été breveté par Lloyd Espenschied, un inventeur qui a passé plus de 40 ans à travailler pour Bell Labs, la célèbre branche de recherche d’AT&T.

Si les ondes d’un altimètre ne rebondissent pas à cause des interférences de la 5G, ou ne peuvent pas être distinguées des autres ondes proches, l’altimètre pourrait donner une fausse lectures ou ne pas fonctionner du tout, a déclaré Peter Lemme, un ancien ingénieur de Boeing qui a passé 16 ans dans l’entreprise à concevoir des systèmes de sécurité qui s’appuyaient sur des altimètres.

Un altimètre défectueux, par exemple, pourrait avertir les pilotes ou l’ordinateur derrière l’avion d’obstacles fantômes ou mêmes une mauvaise altitude.