UN ASTÉROÏDE DE 1 KM DE DIAMÈTRE VA PASSER « PRÈS » DE LA TERRE
L’astéroïde « 1994 PC1 » va passer à 1,9 million de kilomètres de la Terre ce mardi 18 janvier à 21h51. Il a été découvert en 1994, d’où son nom. « 1994 PC1 » est classé « potentiellement dangereux » par la Nasa puisqu’il mesure environ un kilomètre de diamètre, l’équivalent de plus de trois Tour Eiffel.

Un astéroïde se dirige actuellement vers la Terre à la vitesse de 19 kilomètres par seconde. Mais il n’a aucun risque de percuter notre planète. Comme le rapportent plusieurs articles de presse, l’astéroïde (7482) 1994 PC1 doit passer à proximité de la Terre dans les prochaines heures. Selon les calculs des astronomes, son point le plus près est attendu pour 21h50 ce mardi 18 janvier. Il sera alors à 1,93 million de kilomètres au-dessus de nos têtes. Près de cinq fois la distance qui nous sépare de la Lune.

C’est un événement qui n’est pas sans rappeler le scénario du film événement de Netflix, Don’t look up avec Leonado DiCaprio, déjà visionné plus de 320 millions de fois. Mais la fin (attention spoiler) devrait être moins tragique. Néanmoins, selon les scientifiques, un astéroïde baptisé « 1994 PC1 » devrait bien frôler la Terre ce mardi soir. Selon les prévisions, ce sera même à 21h51 que cette masse d’un diamètre d’un kilomètre passera à proximité de la Terre, détaille Ouest-France.

S’il est classé « potentiellement dangereux » par l’agence spatiale américaine, la Nasa (National aeronautics and space administration), il ne devrait pas percuter notre planète puisqu’il passera à près de deux millions de kilomètres. 1,93 pour être précis, soit cinq fois la distance entre la Terre et la Lune rappelle le quotidien La Montagne.

La Nasa l’a d’ailleurs classifié dans cette catégorie de « potentiellement dangereux » en raison de sa taille et de la distance à laquelle il va s’approcher de la Terre. « Si on avait un objet de cette taille qui ren­con­trait notre pla­nète, ce se­rait assez ca­tas­tro­phique. Dans le cas pré­cis, il n’y a aucun risque de col­li­sion », veut rassurer Syl­vain Bou­ley, pla­né­to­logue, pro­fes­seur à l’Uni­ver­sité Paris Sa­clay et pré­sident de la So­ciété as­tro­no­mique de France, interrogé par La Montagne.

S’il est classé « potentiellement dangereux » par l’agence spatiale américaine, la Nasa (National aeronautics and space administration), il ne devrait pas percuter notre planète puisqu’il passera à près de deux millions de kilomètres. 1,93 pour être précis, soit cinq fois la distance entre la Terre et la Lune rappelle le quotidien La Montagne.

Les astéroïdes sont suivis de près par la communauté scientifique car ils peuvent nous fournir de riches renseignements sur l’histoire du Système solaire. Ces objets sont des débris issus de la formation des planètes qui ont conservé leur forme initiale et leur étude peut donner des indices sur l’origine de la formation des planètes. Ils suscitent aussi l’intérêt des agences spatiales car ils sont potentiellement susceptibles d’être exploités pour leurs ressources minières lors de futures explorations lointaines.

L’orbite de cet énorme astéroïde, qui dure un an et demi pour faire le tour du Soleil, l’amène assez rarement près de la planète bleue. Après son passage, prévu aux environs de 21 h 51, le rocher spatial filant à une vitesse supérieure à 70 600 km/h dans l’espace ne pourra plus être revu à une telle proximité avant l’année 2105.

Étant impossible à observer à l’œil nu, les astronomes souhaitant saisir l’occasion de voir cet astéroïde devront se munir d’un télescope d’au moins 15 cm de diamètre. Pour les curieux non équipés, la Nasa permet de suivre la trajectoire de l’objet sur son site Web dédié aux astéroïdes.

L’orbite de cet énorme astéroïde, qui dure un an et demi pour faire le tour du Soleil, l’amène assez rarement près de la planète bleue. Après son passage, prévu aux environs de 21 h 51, le rocher spatial filant à une vitesse supérieure à 70 600 km/h dans l’espace ne pourra plus être revu à une telle proximité avant l’année 2105.

Étant impossible à observer à l’œil nu, les astronomes souhaitant saisir l’occasion de voir cet astéroïde devront se munir d’un télescope d’au moins 15 cm de diamètre. Pour les curieux non équipés, la Nasa permet de suivre la trajectoire de l’objet sur son site Web dédié aux astéroïdes.